Zéro Déchet, un an après : les limites que je retiens

Zéro Déchet, un an après : les limites que je retiens

Partager

Coucou les amis,

 

J’espère que vous allez bien. Je reviens avec un article un peu particulier, vu le titre.

Pour une adepte du Zéro Déchet …On ne s’y attend que moyennement.

Alors, pour situer ( car j’aime les contextes ) , cela fait un peu plus d’un an maintenant que petit à petit j’essaie au maximum de pratiquer le Zéro Déchet.

Par contre au fur et à mesure, je me suis confronté à certaintes limites que je souhaite partager.

Il n’est pas question ici de critiquer ( oh mon Dieu tellement pas ) le Zéro Déchet, ni de faire le Buzz ( car je m’en fiche pas mal …) mais surtout de donner des indications sur certains aspects auxquels j’ai fait face et qui méritent à mon sens d’être relevés.

Quand on lit le livre de Béa Johnsonn, honnêtement on veut se jeter corps et âme sur le Zéro Déchet. Bravo à elle pour avoir d’ailleurs démocratiser le mouvement surtout dans les milieux francophones, mais très vite on se dit  ( en tout cas moi je me dis  )  » moi je ne suis pas Béa Johnsonn ». Ce que je veux dire par là c’est que c’est pas d’abord le Zéro Déchet dans ma vie et après viennent toutes les autres choses auxquelles je peux tenir. Car la sensation qu’elle peut donner c’est d’abord le Zéro déchet et le reste passe après.

  • Une des limites que j’ai constaté a été dans le sport. Je courais beaucoup à ce moment là et très vite j’ai compris que dans le Running on achète pas une paire de running d’occasion. Surtout pas ! Car la chaussure doit avoir des amortis nikel et peut tenir selon la qualité de la chaussure entre 100 et 200 km. Donc assez vite avant qu’elle soit déchiré vous ne pourrez plus courir avec. Surtout si vous courrez n’achetez pas votre paire de chaussures d’occasion, ou ne la gardez pas trop longtemps juste pour l’écologie. Cela peut réellement être dangeureux pour vos os, vos articulations etc…Et un autre conseil, courrez plutôt sur de la terre que sur du bétôn. Perso, je ne cours jamais sur du bétôn. Autre limite dans le sport : on achète pas son tapis de Yoga d’occasion. Il doit être un minimum de bonne qualité et avoir un aspect anti dérapant pour pas se faire mal en pratiquant les postures les plus déstrabilisantes. Egalement, pour la natation, vous pouvez prendre vos palmes d’occasion, mais personnellement pour les lunettes de natation, je vous les déconseille d’occasion. Car les conjonctivites peuvent se transmettre assez rapidement avec des lunettes aussi proche des yeux. Vous l’aurez compris, dans le sport on doit quand même faire attention car il s’agit de notre santé et de notre sécurité.
  • Les sous vêtements. Bon là on est d’accord….les chaussettes, je veux bien mais j’ai pas trop envie de prendre mes sous vêtements d’occasion
  • La vie sociale : Très vite, j’ai regardé autour de moi et évidemment beaucoup de personnes ne sont pas dans ma démarche. Mais il est pas question pour moi d’imposer mon mode de vie. Je suis pour la diplomatie et l’échange. Pour moi mes amis comptent plus en tant que personnes que tous les déchets qu’ils réalisent. Je préfère d’ailleurs montrer l’exemple de manière douce , plutôt que d’être dans une rigidité qui peut les faire fuire, qui peut les embêter et rejeter le mouvement. Et souvent les gens petit à petit font des efforts pour me faire plaisir. Mais ça vient d’eux. On ne change pas les choses par la répression, l’accusation.
  • Les cadeaux qu’on nous fait qui ne sont pas Zéro Déchet. Quand on lit Béa Johnsonn, on se dit ok on va refuser tout ce qui n’est pas Zéro Déchet. Mais concrètement quand quelqu’un vous a acheté, préparé un beau cadeau qui est ni éthique, ni zéro déchet…Vous osez dire non ? Pour le papier, pour le Zéro déchet ? Je suis pas trop pour cette rigidité ( ou impolitesse même ). Les gens qui sont autour de moi, ma famille et mes amis je les aime beaucoup trop pour les blesser pour cette raison. Je préfère accepter, les remercier et expliquer en leur donnant des idées de cadeaux plus éthiques. Mais je ne refuse pas constamment tout ce qu’on veut me donner pour le Zéro Déchet.

Voilà mon petit avis sur les limites du Zéro Déchet, que je soutiens complètement et vous le savez je pense.

Je voulais simplement énoncer deux trois petites choses qui trottaient dans ma tête et que j’avais besoin de vous noter ici.

En espérant être comprise par la majorité d’entres vous

Je vous embrasse <3

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réactions au sujet de « Zéro Déchet, un an après : les limites que je retiens »

  1. Coucou je suis d’accord avec tout nous aussi ça fait 1 an et demi qu’on est dans la démarche et ce n’est pas si simple tous les jours surtout avec deux enfants en bas âge on a même eu un temps où on a un peu baisser les bras et on a repris de mauvaises habitudes car je pense qu’on a des limites et qu’on ne peut pas toujours se forcer et faire attention à tout mais on apprend petit à petit à ameliorer et changer . En tout cas bon courage

    1. Coucou ma belle…Oui il faut aussi savoir prendre du recul je pense sur la situation. Je pense que quand on a mis en place des automatismes ( sac vrac dans le sac à main par ex ) ça nous invite un paquet de déchets sur le long terme.
      Merci pour ton commentaire.
      Je t’embrasse <3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*